L'irritation du Maire : appeler la rue Boucicaut un « Point Noir ? »

Par: Stein van Oosteren


Oser appeler le centre-ville de Fontenay-aux-Roses un « point noir » pour les usagers à vélo? Exaspéré par cette conclusion du Baromètre des Villes Cyclables, le Maire de Fontenay-aux-Roses répond sur twitter en ridiculisant l’étude : « Parce que vous avez participé à cette joke ? ». Qui a raison ?


L'échange entre FARàVélo et Laurent Vastel sur twitter sur le baromètre des villes cyclables.


Quelle joke?
C’est quoi cette « joke » d’abord ? Il s’agit d’une étude officielle de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) sur le confort des cyclistes dans les villes françaises en 2018. Au lieu d’y voir une « joke », le gouvernement français l’a pris très au sérieux : en réponse il a même présenté son premier Plan Vélo en reprenant explicitement les conclusions de cette étude.

Sur twitter, le Maire de Fontenay-aux-Roses explique son énervement : « la rue Boucicaut ne mérite pas le titre de point noir en Île-de-France alors que le rond-point du petit Clamart n’en fait pas partie. Fontenay-aux-Roses ne mérite pas un tel dénigrement ».


Le rond-point du Petit Clamart: une rupture imprenable pour 99% des usagers à vélo.

L'article du Parisien qui classe la rue Boucicaut parmi les points noirs de la Métropole du Grand Paris.



Triple malentendu

Le malentendu est triple. Premièrement, cette réponse sous-entend que l’étude classe tous les endroits en France, alors qu’il ne prend en compte que les endroits sur lesquels les usagers du vélo ont pris la peine de s’exprimer. Deuxièmement, pour que les points noirs d’une ville soient présentés, il fallait que les réponses libres au questionnaire soient épluchées et analysées par une association. Troisièmement, le terme « point noir » ne signifie pas forcément « endroit dangereux », mais « endroit inconfortable, problématique » pour l’usager à vélo.

Si le rond-point du Petit Clamart n'est pas mentionné comme point noir, cela peut avoir plusieurs raisons. Ce point est tellement dangereux que les usagers n’osent même pas y passer à vélo ! Ce n’est donc pas le premier endroit auxquels la majorité des usagers pensent en répondant à la question libre « quel est l’endroit le plus problématique à vélo dans votre ville ? ». Autre possibilité : il n’y a pas eu d’analyse des réponses libres à cette question, et donc le ressenti des usagers sur ce point n’apparaît nulle part. 


La rue Boucicaut à Fontenay-aux-Roses: 70% de la surface est consacrée à l'automobile, laissant peu voire aucune place aux clients à pied et à vélo. Même les trottoirs sont encombrés de deux-roues motorisés.


Signe positif
Faut-il qualifier l’étude de « joke » pour autant ? Pas sûr. Dénigrer une étude car elle « dénigrerait » une ville n’est peut-être pas l’approche la plus constructive pour faire évoluer positivement la mobilité dans la ville. On peut plutôt y voir un encouragement. C’est positif que les habitants expriment si massivement leurs attentes concernant la rue principale de leur ville au lieu d’accepter son encombrement régulier et délétère comme une fatalité (regardez ici et ici).

La réponse: un Plan Vélo
On dit que les parcs sont « les poumons de la ville ». Les cyclistes, comme les piétons, sont les poumons de la mobilité de la ville. Au lieu de se moquer d’une étude exprimant leurs besoins, FARàVélo a lancé la rédaction du premier Plan Vélo de Fontenay-aux-Roses qui sera proposé à la Mairie et aux habitants prochainement.

Il est important de prendre au sérieux ce futur plan vélo. Car une ville où un enfant ou une personne âgée se sent à l’aise à vélo est une ville plus mûre, plus dynamique et plus attractive que les autres.

-------------------------------------------------------------------

  • Pour participer à la démarche de FARàVélo ou pour la soutenir : ici
  • Les enseignements que FARàVélo a tirés du Baromètre: ici et ici
  • Invité par FARàVélo, le Directeur de l'Espace Public et des Mobilités de Montreuil (93) Médy Séjai explique le Plan Vélo ambitieux et innovateur de cette ville: ici.



Commentaires

  1. "70% de la surface est consacrée" → "70% de la largeur de la voie est consacrée"

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La ville cyclable: le guide "punchy" de Copenhagenize

Vélo et voiture: des chiffres qui font réfléchir