Les enseignements du Baromètre vélo à Fontenay-aux-Roses (92)

L’exploitation du baromètre des villes cyclables réalisé par la FUB en 2017 permet de mettre en évidence plusieurs points noirs à Fontenay-aux-Roses : la rue Boucicaut, l’avenue Jeanne et Maurice Dolivet et le manque de stationnement vélo notamment à la gare RER.

Nuage de mots réalisé à partir des réponses à la question des “points noirs” de Fontenay-aux-Roses


Infographie issue du Baromètre des villes cyclables

Bilan chiffré et ressenti global

La Fédération Française des Usagers de la Bicyclette (FUB) a réalisé à l’automne 2017 une enquête nationale intitulée “Baromètre des villes cyclables”. Celle-ci a pour objectif d’évaluer la cyclabilité des villes françaises au travers du ressenti des cyclistes. Elle a recueilli plus de 113 000 réponses pour un total de 316 communes.

Le baromètre de la FUB donne une note globale de 2,66/6 soit 6,5/20 à Fontenay-aux-Roses, une note qui donne un “climat vélo” défavorable à la ville.
Les points les plus faibles selon les répondants de l’enquête sont : la difficulté à pouvoir louer un vélo pour quelques heures (mais l’arrivée de Vélib’ depuis octobre 2018 constitue une nette amélioration), l'absence de communication en faveur des déplacements à vélo, la difficulté à trouver un stationnement vélo adapté et l'insuffisance de panneaux d’indication de directions pour les vélos.
Les répondants soulignent également le manque de pistes cyclables en dehors de la Coulée Verte, les carrefours inadaptés, le manque d’itinéraires cyclables avec les communes voisines, ainsi que le non-respect par les véhicules motorisés de la limitation de vitesse à 30km/h .

Plusieurs répondants ainsi que l’association FARàVélo pointent de plus le manque de panonceaux Double Sens Cyclable dans les rues à sens unique alors que la ville est entièrement limitée à 30km/h et donc les DSC sont généralisés.

Cependant, les répondants soulignent aussi des points forts pour leur ville, notamment l’agrément de la Coulée Verte et ils considèrent que l’on peut circuler à vélo en sécurité dans les rues résidentielles.

Carte réalisée à l’aide des réponses au Baromètre des Villes cyclables


Un peu plus de 160 fontenaisiens ont répondu au baromètre dont une bonne partie (105) a répondu à la question ouverte des “points noirs” dans leur ville. Voici les résultats.

Méthodologie

Concernant la méthodologie, nous avons rédigé un guide afin de rendre accessible à la plupart le travail que nous avons réalisé :

https://docs.google.com/document/d/19FBibmqO75NRceB-_YcM0UZ1cscBGtBb40SVQ3hz7hU/edit?usp=sharing

Nous avons ensuite demandé à nos adhérents de Fontenay-aux-Roses de commenter les résultats afin de mieux les comprendre.

Les grands points noirs / Analyses et commentaires

Les grands axes

Les résultats concernant cette question sont sans appel : plus d’un quart des répondants (26%) ont désigné la rue Boucicaut comme étant le principal point noir à Fontenay-aux-Roses. Elle est décrite comme étroite et encombrée de véhicules motorisés au point d’être stressante pour la personne à vélo.

Un aperçu de la rue Boucicaut

De manière générale, les “grands axes” sont désignés comme étant les plus problématiques. Exemple le plus cité : l’avenue Jeanne et Maurice Dolivet et ses prolongements (rue Antoine Petit et rue Jean Moulin) ; c’est l’axe nord-sud majeur qui permettrait pourtant de décharger la Coulée verte. l'avenue Dolivet est bordée de files permanentes de voitures mal garées, qui pourraient être remplacées par des pistes cyclables.

Aperçu de l’avenue Dolivet

Autre exemple : l’avenue Paul Langevin où la piste cyclable est trop étroite, collée contre les véhicules en stationnement sans zone d’ouverture des portières, mal nettoyée (feuilles, détritus…) et forme des séries de zigzags abruptes. Autant de défauts qui la rendent impraticable.

Un aperçu de l’avenue Paul Langevin

Les répondants regrettent que la récente réfection du bas de la rue Boucicaut (entre la médiathèque et le carrefour avec l’axe Antoine Petit/Jeanne et Maurice Dolivet) n’ait pas prévu de bande cyclable, au moins en montée, alors qu’il y a la place ( terre-plein central, larges trottoirs et stationnement automobile de chaque côté).

Un autre axe cité dans les points noirs : la rue Marx Dormoy (RD128), voie sans aménagement cyclable où la chaussée est large, droite et en pente et qui n’incite donc pas les véhicules motorisés à modérer leur vitesse.

La gare RER

Les abords de la gare RER de Fontenay-aux-Roses font aussi partie des pires endroits selon le baromètre de la FUB (voir classement). Il s’agit surtout du manque de stationnements sécurisés à la gare RER. En ce qui concerne la circulation vers la gare, le Double-Sens Cyclable de la rue Robert Marchand (rue en sens unique permettant de gagner la gare RER à vélo depuis le centre-ville), est cité plusieurs fois comme inconfortable, mais les répondants critiquent également la tentative qui avait été faite de le supprimer.

Stationnement RER côté Coulée Verte

Le centre-ville

En plus de la rue Boucicaut précitée, les remarques sur le centre-ville concernent la rue Ledru-Rollin et la rue Jean-Jaurès, ainsi que les carrefours de La Cavée et de l’intersection rue Boucicaut / axe Dolivet- Jean Moulin (RD63).

Les carrefours

Sur les carrefours sans marquage ni aménagement cyclable, le vélo est “noyé” dans le flux des véhicules motorisés et ne se sent pas en sécurité.
Trois carrefours de Fontenay-aux-Roses reviennent plusieurs fois dans les endroits cités comme problématiques par les répondants : le premier est le carrefour de la Cavée, à l’extrémité nord de la partie commerçante de la rue Boucicaut. Il s’agit d’une intersection complexe de 6 rues dont la rue Boucicaut, l’avenue du Général Leclerc, la rue Ledru-Rollin et la rue Blanchard. Le second est le carrefour des Mouilles-Boeufs, à l’intersection de l’avenue Jean Moulin, l’avenue Paul Langevin et la rue d’Estienne d’Orves. Enfin le carrefour rue Boucicaut/axe Dolivet Jean-Moulin revient lui aussi plusieurs fois.

Remarques générales

Un obstacle à la pratique du vélo à Fontenay-aux-Roses est le relief, obstacle qui pourrait être surmonté par l’utilisation du vélo à assistance électrique (VAE). Les Fontenaisiens souhaitent donc que son utilisation soit encouragée (subvention, location longue durée..).
Autre obstacle mentionné : le manque de stationnement vélo devant les lieux publics, dont les écoles/collège ainsi que dans les résidences. Plusieurs contributions suggèrent également de développer des « cédez-le-passage au feu » pour les cyclistes, et au minimum des « tourne à droite », ce que le Maire de Fontenay s’est finalement engagé à faire, mais sans que ce soit encore mis en oeuvre début 2019.

Article co-rédigé par les associations FARàVélo et Paris en Selle à l’aide des données du baromètre des villes cyclables de FUB.

Tableau récapitulatif :


Accès à la carte: https://drive.google.com/open?id=1739fayRjNo_PO4C6EZB1BU7HCAzNFvZf&usp=sharing


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Pourquoi exagère-t-on la dangerosité du vélo ?

La ville cyclable: le guide "punchy" de Copenhagenize

Vélo et voiture: des chiffres qui font réfléchir