Pourquoi exagère-t-on la dangerosité du vélo ?

Par Stein van Oosteren

La peur de l’accident est l’obstacle principal qui empêche les citoyens de se déplacer à vélo. Ce qui frappe, est l'exagération de la dangerosité du vélo. Quelques exemples.

A Paris le danger à vélo est sur toutes les lèvres. Alors qu'il est cinq fois plus dangereux d'y conduire un deux-roues motorisé:

Le nombre de déplacements à vélo et à deux-roues motorisé étant identique à Paris, on peut conclure qu'il est 5 fois plus dangereux d'y conduire un deux-roues motorisé qu'un vélo (Source: Libération).

Selon une autre étude, un conducteur de deux-roues motorisé est exposé à un danger 42,2 fois plus élevé (!) qu'en voiture. Pourtant ce risque est soit minimisé, soit absent du débat.

Pourquoi? Parce que nous avons psychologiquement besoin de justifier nos habitudes, aussi déraisonnables soient-elles. Par exemple notre habitude de laisser notre jeunesse prendre le guidon d'un deux-roues motorisé si dangereux dès 14 ans. C'est un choix déraisonnable, ce qui explique pourquoi chez nos voisins européens un enfant ne peut conduire un deux-roues motorisé qu'à partir de 16 ans. Mais comme il est difficile de changer une habitude, nous préférons en cacher le risque et pointer plutôt le « grand danger » que pose le vélo pour le cycliste et pour les autres usagers. A la grande joie du lobby des scooters....

Trois autres exemples de ce que cache l'exagération du danger à vélo:

1. L'usage inapproprié de la voiture
Deux tiers des 41 millions déplacements quotidiens des Franciliens sont inférieurs à 3.000 mètres. Cette distance se parcourt à vélo en très peu de temps, soit 12 minutes au maximum. Pour justifier notre choix déraisonnable de prendre quand même la voiture (un mode de déplacement polluant, plus cher et moins rapide que le vélo en ville), on se convainc que le vélo n’est pas une option « car trop dangereux ».


Même pour une distance domicile/travail de moins de 1.000 mètres (10 minutes à pied), 6 Français sur 10 prennent la voiture (source: Libération).


2. Le danger oublié de la voiture
Chaque année, environ 2.000 personnes décèdent en voiture. Pourtant aucun automobiliste n’en conclura qu’il est trop dangereux de prendre la voiture. Nous préférons garder et donc justifier l’habitude de prendre la voiture pour le moindre déplacement et d’en oublier le danger et le coût disproportionné de 6.000€ par an en moyenne. C'est plus facile que changer d'habitude....

1957 automobilistes sont morts accidentellement en 2016 en France, ce qui n'empêche personne de prendre le volant (source: Bilan annuel sécurité routière).

3. "Je vous emmène?"
Il arrive régulièrement qu’un(e) automobiliste dise à un(e) cycliste « Vous ne voulez pas que je vous emmène en voiture ?». L’automobiliste présente ainsi le vélo comme un moyen de transport inapproprié pour cacher qu’il utilise lui-même un moyen de transport inutilement cher, polluant et encombrant. Pour justifier son habitude, l’automobiliste préfère penser que faire du vélo est dangereux et fatigant. Il oublie qu’en vacances il fait sans problème 5 ou 10 kilomètres à vélo et que c'est même agréable.

Conclusion
Lorsqu'un(e) personne vous dit qu'elle rentre à la maison à vélo, ne lui dites pas qu'elle est courageuse. Elle ne fait qu'utiliser un mode de déplacement pratique et approprié pour la distance qu'elle doit parcourir. Vous en êtes capable aussi. Pas besoin de vous voiler la face avec des idées reçues pour entretenir un mode de vie dangereux, bien plus dangereux que le vélo.

Disqualifier l'usage du vélo comme « dangereux » contribue à entretenir une pollution dangereuse pour laquelle la France a été condamnée par le Conseil d’État en juillet 2017. 

Commentaires

  1. Je crains que, pour beaucoup, se remettre en selle paraisse insurmontable car ils pensent ne plus savoir faire du vélo mais ne peuvent pas l'avouer publiquement car chacun sait "qu'on n'oublie pas quand on a appris" : mais faire habilement du vélo demande une remise en selle qui fait peur a des personnes ayant perdu toute conscience de leur corps ! Comment leur redonner confiance et envie de réessayer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un week-end aux Pays-Bas voire en Flandre belge.

      Supprimer
    2. Beaucoup d'organisation et associations proposes des cours de Remises en selle, allez voir sur le site des vélo-écoles de la FUB !

      Supprimer
  2. Il y aussi la peur des intempéries, beaucoup utilisent l'auto comme parapluie ou comme chauffage.
    C'est vrai on ne va pas se les geler en vélo alors qu'on peut rester bien au chaud.
    Ça fait quand même cher du chauffage, et puis le manteau ça existe.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis cycliste et en toute objectivité, le vélo est un mode de déplacement qui expose aux dangers. Le principal est l'inattention des automobilistes. Le nombre de personnes parmi mes connaissances sérieusement blessées lors d'un trajet à vélo est malheureusement un indicateur statistiquement significatif et très défavorable au vélo.
    Le nier est contre-productif. Il faut agir sur de nombreux leviers pour diminuer cette réalité. En incluant la manière de rouler des cyclistes et bien sûr les aménagements urbains.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La ville cyclable: le guide "punchy" de Copenhagenize

Vélo et voiture: des chiffres qui font réfléchir