Portrait de Stein van Oosteren: Le vélo, un art de vivre en France aussi !

Par: Marie-Cécile Cajet

Le plus hollandais des Fontenaisiens a dégainé son arme de rassemblement massif : le vélo. Alors que Vélib’ arrive en ville, Stein vante son mode de transport favori et rappelle : « Sans être anti-voiture, je suis devenu militant pour le vélo ». Démonstration d’un parcours sans embouteillage.


Photo: Christophe Voisin.


Après avoir passé la moitié de sa vie aux Pays-Bas, Stein est venu en France par amour de la langue des philosophes. « Un de mes buts étant jeune était de parler parfaitement cette langue ». Thésard en phénoménologie mais loin d’être seulement un intellectuel, il est un peu touche à tout : bricoleur pour adapter sa maison à son goût et… à sa taille puisqu’il mesure deux mètres, il dessine, chante, cuisine, tient un blog, etc.

Stein a très vite senti qu’il avait « besoin de devenir acteur de la société » et débute comme secrétaire d’avocat, devient analyste d’affaires puis secrétaire de l’attaché de sécurité intérieure de l’ambassade des Pays-Bas. Enfin, en 2011, il prend le poste d’attaché diplomatique local auprès de l’Unesco, « C’est un métier qui me correspond totalement : culture, sciences, communication, éducation, paix, diversité humaine, patrimoine mondial… ». Après Paris, il s’est installé en banlieue avec sa femme et précise : « J’étais d’accord à condition d’habiter au pied de la Coulée verte ».

Pour Stein, le vélo est avant tout utilitaire. C’est un élément du quotidien pour se déplacer, bénéfique pour l’organisme mais aussi pour le porte-monnaie et le commerce de proximité. Avec le comité d’habitants Parc – Centre-ville dont il fait partie, il a créé un groupe de travail l’année dernière pour s’interroger sur la place du vélo à Fontenay-aux-Roses. L’idée : instaurer le dialogue et rendre la ville plus agréable. C’est ainsi qu’est né le collectif FARàVélo et plus récemment l’idée d’un « inventaire Coulée verte » pour identifier sur une carte interactive les problèmes, imaginer des solutions et faire avancer les choses. « L’opération est lancée et rencontre un succès fou mais nous voulons aller plus loin », insiste-t-il. Prochaine étape ce mois-ci : le collectif et sa centaine de membres vont se constituer en association. Une nouvelle perspective pour Stein de montrer qu’il en a encore sous la pédale…

www.faravelo.com

Article paru dans le FontenayMAG de mars 2018.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vélo et voiture: des chiffres qui font réfléchir

Des casques ou des pistes?

5 demandes pour une RD920 cyclable