La "voix vélo" s'exprime en banlieue sud de Paris

Faire parler la "voix vélo" pour avoir des "voies vélo" partout! C'était l'objectif des 23 participants qui sont partis le dimanche 17 décembre 2017 pour le grand "Inventaire Coulée Verte" à l'initiative de FARàVélo. Ensemble, ils ont parcouru les 15 km entre la Place de Catalogne à Paris et Massy (91) pour identifier les défauts sur la Coulée Verte, qu'ils utilisent quotidiennement. Baptisé le "CoCoVert" (Comité Coulée Verte), le collectif inscrira ses observations et propositions d'amélioration sur cette carte, pour en discuter avec le Conseil Départemental qui gère la Coulée Verte.

Le départ près de la place de Catalogne à Paris.

"Ici on traverse la boule au ventre"
Le gros point noir de la Coulée Verte est le croisement avec le boulevard périphérique à la Porte de Vanves. Les cyclistes y croisent les automobilistes qui accélèrent pour rejoindre le périphérique, souvent en forçant le passage aux cyclistes. "Il faudrait couloiriser la Coulée Verte à cet endroit pour indiquer aux automobilistes qu'ils croisent un flux de cyclistes" propose Charles Maguin, le Président de l'association co-organisatrice Paris en Selle (interviewé ici).

Danger à la Porte de Vanves: les automobilistes ne voient pas bien le tracé cyclable prioritaire qu'ils vont croiser (Photo: @Dansleslimbes)


La "solution vélo"
L'opération était une belle occasion de montrer l'utilité du "vélo-cargo". La société français Douze Cycles, spécialisée dans la construction de ce type de vélo, avait prêté deux vélos-cargos, qui ont permis aux journalistes de filmer le convoi sur la piste cyclable.


Le cameraman de France3 a couvert le voyage depuis ce cargo-vélo. 


"On n'avance pas"
Autre obstacle: les traversées sont souvent de simples passages zébrés piétons où le cycliste n'a pas le droit de rouler. Stein van Oosteren, Président de FARàVélo explique: "C'est comme si vous demandiez à chaque automobiliste à chaque carrefour d'éteindre le moteur, de descendre de son véhicule, de le pousser sur 30 mètres, de remonter à bord et de redémarrer. Dans le monde du cycliste c'est ça la réalité". Le collectif proposera d'ajouter des pictogrammes vélo et des cédez-le-passage pour favoriser plus sérieusement les transports actifs.


Passage piéton à Verrière-le-Buisson où le cycliste est gêné par des poteaux et où il n'a pas le droit de poursuivre son chemin en roulant.

On mélange les lièvres et les tortues
Ce qui décourage cyclistes et piétons: le fait qu'ils doivent partager le même espace alors qu'ils ont chacun une vitesse très différente. Dès qu'il y a un peu de monde, le conflit est assuré. "C'est un peu comme mélanger les vélos et les voitures dans la rue sans leur donner chacun un espace", explique José le Moigne de l'association MDB Massy. Le CoCoVert propose de séparer les itinéraires piéton et vélo au moins à partir de Bagneux, où plus d'espace est disponible.

La hantise du cycliste et du piéton chaque matin et soir: un conflit structurel. 

Les étapes suivantes
Les notes prises lors de l'inventaire seront maintenant inscrites sur la carte interactive du collectif. Ensuite, un Comité de Rédaction étudiera les propositions pour élaborer une proposition finale, qui fera l'objet d'un échange avec le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine. Chaque cycliste peut apporter sa contribution sur la carte, qui est ouverte à tous.

Renseignements: faravelo@outlook.fr.

________________________________________________________

PRESSE

14 décembre 2017, Le Parisien :

17 décembre 2017, France 3 (vidéo):

17 décembre 2017, Le Parisien:
18 décembre 2017, BFM Paris (article avec vidéo):

18 décembre 2017, BFM Paris:
https://www.youtube.com/watch?v=oejKKI0Dk0s

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vélo et voiture: des chiffres qui font réfléchir

Des casques ou des pistes?

Pourquoi Gobee bike ne remplacera pas Vélib’