Amanda: film vélo vu par Myette Hébrant


AMANDA
Film de Mikhaël HERS



Amanda, petite fille de 8 ans, roule allègrement à vélo dans le quartier qu’elle habite dans le sud parisien. Sa maman l’élève seule.

David, son jeune frère, l’aide en prenant parfois en charge la petite fille.

Eux, leurs amis proches, se déplacent dans la ville, à vélo.

La caméra subjective les suit et nous entraîne aussi, nous spectateurs, à vélo.

Plaisir subtil et léger de ressentir l’air, la pluie, avec eux, de prendre les virages à la corde, de slalomer dans les embouteillages.

Oui. Ils prennent parfois des risques et on a peur pour eux.


La catastrophe arrive de l’extérieur : un attentat terroriste endeuille le groupe et le déstabilise. La maman d’Amanda y est tuée. David aura-t-il le courage de prendre en charge sa nièce ?

J’ai particulièrement aimé dans ce beau film, la tendresse et la délicatesse avec lesquelles le réalisateur parle de l’immense solitude vécue lors d’un deuil. Les objets du quotidien ayant appartenu à l’être aimé disparu, la brosse à dents, les flacons de parfum que l’on jette, le vélo encore attaché à son arceau, abandonné.

Mikhaël HERS montre là une grande maîtrise de langage cinématographique très personnel. L’univers qu’il y dépeint est le sien et le nôtre aussi : besoin de tendresse, d’amour, d’amitié vrais, de solidarité et d’entr’aide. Bien dans l’air du temps et ça fait du bien.

Allez voir AMANDA …à pieds …à vélo bien sûr !

Dépêchez-vous : il est encore programmé dans notre banlieue.

Visionnez ici la bande annonce.

Myette Hébrant, adhérente de FARàVélo

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La ville cyclable: le guide "punchy" de Copenhagenize

Vélo et voiture: des chiffres qui font réfléchir