FARàVélo visite la Butte Rouge à Châtenay-Malabry

Par: Stein van Oosteren

Balade pluvieuse, balade heureuse! Malgré la pluie, 11 personnes sont venues le dimanche 4 mars 2018 sur la place du Général de Gaulle à Fontenay-aux-Roses pour une balade à la Butte Rouge à Châtenay-Malabry. La météo prévoyait de la pluie toute la journée mais, comme l'a confirmé vaillamment notre guide Frédéric Wagret, "FARàVélo ne recule plus devant rien".

Frédéric Wagret nous déroule le programme de la journée.

Une variante inattendue proposée par Bruno nous a fait quitter la Coulée Verte pour la rue Eugène Sinet à Châtenay-Malabry. Cette rue a été aménagée avec soin et beaucoup de verdure, et surtout sans aucun stationnement motorisé. Très apaisant.

Rue Eugène Sinet.

Et puis, si proche toujours de Fontenay-aux-Roses, cet étonnant paysage bucolique avec un petit lac. Un havre de paix relativement inconnu, où habitait le peintre Jean Fautrier jusqu'à sa mort en 1964.

Au fond, derrière le lac, la Villa Barbier où habita Jean Fautrier.


Jean Fautrier (1898-1964).

Ensuite nous arrivions au parc de la Vallée aux Loups, où habitait l'écrivain et homme d'état François-René Chateaubriant. Le guide du musée nous racontait que Chateaubriant était dépensier, et n'avait pas hésité à faire installer ce double escalier original venant d'un bâteau de corsaire de Saint-Malot.


Accueil sympathique par le guide à la maison de Châteaubriant.


Nous avions beaucoup de chance: notre guide-conférencière Odile Jersyk connaît bien ce musée et nous racontait la vie de Chateaubriand avec humour!

Visite guidée par la guide-conférencière attitrée de FARàVélo, Odile Jersyk.


La maison donne sur un beau parc que Chateaubriand a fait aménager, et où il écrivait.





Grâce à FARàVélo on roulera dans un monde un peu moins étranger qu'avant.



Ensuite la montée dans les bois en direction de la Butte Rouge.

Ca ne se voit pas bien mais il pleut et ça monte!


Arrivée à la Butte Rouge : l'église copte orthodoxe construite en 1965 au toit remarquable.





L'agréable balade qui a suivie nous a ouvert les yeux sur la diversité architecturale des bâtiments de la Butte Rouge, la première cité-jardin de France (années 30). L'idée était de construire des logements à taille humaine, de façon aérée (contrairement à d'autres grandes cités), et surtout avec beaucoup de jardins et d'arbres. On se sent bien dans cet espace apaisé, lequel est entouré de bois et articulé autour d'un réseau de petites rues calmes. Des inquiétudes pèsent néanmoins sur l'avenir de ce patrimoine architectural, très visité par des étudiants en architecture du monde entier.

Au début, les bâtiments étaient être visibles "à travers les arbres et les jardins". Ce n'est plus le cas. Le retour des jardins plus fournis pourrait restaurer la splendeur initiale.


Vu du ciel, le site ne fait pas très envie. Mais en passant au milieu des bâtiments, le visiteur apprécie la subtilité architecturale et le calme du paysage.
 


En quittant la butte, nous avons failli percuter un obstacle sur la route. Situation choquante : pour éviter de sacrifier 1 place de stationnement, le Conseil Départemental a préféré sacrifier la sécurité des nombreux cyclistes en posant des panneaux en pleine piste cyclable sur la D986! Cela montre à quel point le cycliste est absent dans l'esprit de beaucoup d'autorités : jamais il ne leur viendrait à l'esprit de poser un panneau de cette façon-là sur une route.

Comme si le Conseil Départemental s'était demandé: "Nous avons un grand panneau, comment le poser sur la voirie pour causer le maximum de danger pour les cyclistes?"

Grâce à l’œil vigilant de notre guide Frédéric Wagret, nous avons fini par rejoindre notre table réservée dans une crêperie à Sceaux au bord de la Coulée Verte.



Pour une impression vidéo de la balade, mise en musique: cliquer ici. Pour participer aux prochaines balades: suivez-nous sur Facebook, sur Twitter ou devenez adhérent (5€ par an) via faravelo@outlook.fr. 





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vélo et voiture: des chiffres qui font réfléchir

Pourquoi exagère-t-on la dangerosité du vélo ?

Sécurité vélo: Des casques ou des pistes?